LOGO paroisse Site Nanteuil Site Esbly  site Crecy

EDITO

 L’accalmie d’octobre

L’effervescence et la frénésie propres à la rentrée scolaire commencent à passer, avec son cortège d’enthousiasme, de joie et d’inquiétudes légitimes propres à nos familles, nouvelles missions confiées au travail ou en paroisse…Après l’accalmie de l’été, la rentrée est à la fois une période d’enthousiasme, stimulante, de départ et en même temps, de tensions. La fatigue se ressent dans notre corps et notre esprit.

Mais, heureusement, octobre et l’automne se profilent. Et, alors que nous avons surement atteint notre rythme de croisière, nous accueillons avec quiétude le mois octobre. Octobre est le mois propice au ressourcement spirituel. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le pape Léon XIII l’a consacré à « la sainte Reine du Rosaire » en 1883.

Il est bon de réentendre la recommandation de Jésus à ses apôtres, à leur retour de mission : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » (Mc 6, 31). En ce mois d’octobre, prenons le temps de venir nous reposer sur le cœur du Seigneur : « venez à moi vous tous qui peinez et moi, je vous soulagerai » (Mt 11, 28).

Prenons le temps – sans le considérer comme une activité de plus- de réserver un moment dans notre agenda, ou spontanément, au milieu de nos multiples occupations, pour nous ressourcer, nous reposer auprès du Seigneur. Ce peut être par exemple de venir à l’adoration du jeudi soir (avec la possibilité de se confesser), qui aura lieu désormais immédiatement après la messe de 19H00. Ce peut être s’arrêter dans une église et prier auprès de Jésus présent au tabernacle alors que nous nous rendons sur notre lieu de travail ou rentrons à la maison. L’Eucharistie, « source et sommet de la vie chrétienne » (Concile Vatican II) est le lieu idéal qui nous permet de faire une pause, et de nous ressourcer auprès de la Parole de Dieu et du « pain de Dieu, celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » (Jn 6, 33).

Alors qu’une sœur venait implorer Sainte Mère Térésa de diminuer le temps consacré à l’adoration devant la multitude des malades à soigner, Mère Térésa répondait : « diminuer le temps d’adoration ? au contraire, nous allons le doubler ». Et la même sœur de s’émerveiller, au fil du temps, de la fécondité de ce temps redoublé passé devant le Seigneur. Oui, n’ayons pas peur de sacrifier de notre temps pour le Seigneur, Il nous le rend toujours « au centuple » (Mc 10, 30) !

Confions ce mois qui commence à l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie. Avec Saint Louis-Marie Grignon de Montfort, allons « à Jésus, par Marie » !

 

 

P. Jean-Baptiste Pelletier