Mais demain ne sera plus comme avant.

Paques

Pâques Résurrection © geralt @ Pixabay – Domaine public

Une crise sanitaire a fait prendre conscience de l’importance du monde de la santé, tous ces professionnels  déjà en souffrance en grève depuis des mois qui ne pouvaient faire entendre leurs souffrances devant les injonctions contradictoires ; toujours plus avec moins de moyens !!… Aujourd’hui nous en faisons des « héros »! !!!

Le drame de la passion n’a jamais été aussi réel à l’hôpital. Guidée tant bien que mal dans mon service d’aumônier  me laissant habiter avec mes fragilités  par celui qui est « le Chemin, la Vérité et la vie »,  j’ai reçu autant de roses que d’épines (comme sainte Thérèse) un service auprès des personnes malades  tantôt rejeté, tantôt désiré par le personnel en panique … Comment  trouver sa place dans cette spirale infernale !

L’aumônerie était accessible malgré l’absence des visiteurs bénévoles, ce lieu a  été pour certain croyants ou non, un lieu d’encrage pour se recueillir, prier, pleurer, exprimer ses peur ses limites, sa colère, sa détresse,  les masques sont tombés nous étions tous égaux … une présence d’Église était nécessaire et  j’ai  pu trouver ma place au cœur de la mission en essayant de manifester de l’amour comme le Christ nous aime « en Vérité »par une présence, une écoute, une attention fragile mais sincère…

Pas de repos. Le dimanche j’étais  maitresse occasionnelle « l’école à la maison » avec mes petits enfants  pour soulager leurs parents. Seul l’Esprit saint  a pu me donner cette force pour tout assurer non pas par devoir mais par Amour.

Pas de confinement pour ma part, mais j’ai beaucoup prié pour cette inégalité de nos conditions d’existence, entre ceux qui ont une maison et ceux qui doivent supporter cela dans un appartement en ville et ceux qui n’ont pas de toit.

 Un monastère invisible avec mes sœurs de l’union Thérèse de Jésus (UTJ) a  remplacé la messe, je comprends d’avantage l’importance de la communauté…

Un temps de partage, de prière même au téléphone avec les membres laïcs de la pastorale de la santé de Meaux aurait été réconfortant,  je remercie  les prêtres de leur soutien par les petits  messages…merci au Père Elie pour sa disponibilité et son dévouement auprès des personnes malades contaminées par le virus.

Aujourd’hui le repos est nécessaire, la retraite prévue avec les Carmes sera la bienvenue.

 Mais demain ne sera plus comme avant. Amen

 Meaux, le 01.07.2020
Viviane Di Méo
Aumônière de l’hôpital de Meaux

 

image_pdfPDFimage_printImprimer
Ce contenu a été publié dans Pastorale Santé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.